ANNEXION DE NICE EN 1860 : UN NOUVEAU TEMOIGNAGE ACCABLANT de Pierre Louis Caire

Publié le par les cahiers de l'annexion

 annexion de nice 1860 pierre louis caire-copie-1

Au moment où le pouvoir jacobin vient de célébrer en grande pompe le 150e anniversaire de l’annexion de Nice, la découverte d’un nouveau témoignage accablant, vient réduire à néant la version officielle qui n’était déjà plus qu’une bannière en loques. Ce témoignage émane d’un Niçois, témoin oculaire des faits, qui avait dix-neuf ans au moment de cet évènement et émigra immédiatement en Italie, pour ne pas subir la colonisation de Nice.

 

Pierre Louis Caire, né à Saorge le 26 juin 1841, a vécu avec ses concitoyens niçois, les temps douloureux de l’occupation militaire de Nice et du plébiscite truqué. En Italie il devint avocat, président de Tribunal, puis président de session de Cour d’assise. Plus tard, à l’occasion du 50e anniversaire de l’annexion qui à l’époque avait déjà fait l’objet d’arrogantes cérémonies organisées par l’État français, ce magistrat intègre écrivit ce témoignage vécu pour édifier les jeunes générations niçoises, soumises aux mensonges de la propagande française.

 

Cet ouvrage publié en 1910 n’est pas une étude historique menée a posteriori, mais le témoignage d’événements vécus et subis par l’auteur au moment de l’annexion. Grâce à lui nous entrons de plein pied dans la Nice populaire de l’époque, au milieu de la société niçoise. Nous apprenons ainsi de nombreux faits et détails que l’histoire officielle a escamoté, l’angoisse, le désespoir et les réactions de nos ancêtres qui se trouvèrent trahis et livrés contre leur gré à la France, alors qu’au parlement de Londres, l’on qualifiait cet infâme marché de trafic de chair humaine.

 

Les Niçois ne connaissaient pas alors les trames secrètes du piège qui allait se refermer sur eux mais, spontanément, et avec peu de moyens, ils tentèrent de s’opposer, comme ils le purent, à la force brutale, à l’intimidation et à la corruption mises en place par les deux États complices qui dans l’ombre avaient scellé le pacte frauduleux. Pierre Louis Caire, admirateur et ami de Garibaldi, nous restitue une part importante de notre passé, dans cet ouvrage qui fort heureusement est réapparu en pleine lumière en Italie, un siècle après sa première publication. Les Niçois devaient le connaître, car c’est pour eux qu’il a été écrit. À lire absolument.

 

ISBN 978-2-84825-259-9

Prix : 14 €

Pour vous le procurer :

1bis rue Caïs de Pierlas, porte verte, le vendredi de 16h à 19h  

 

    

Commenter cet article