NICE CONTEMPORAINE de Henri Sappia

Publié le par les cahiers de l'annexion

ISBN : 2-84825-156-5
Nombre de pages : 414
prix en librairie : 22 €

Imprimé à Londres en 1871, il fut pilonné par le gouvernement français, qui le frappa d’une
excommunication républicaine éternelle afin que les Niçois n’en aient jamais connaissance. Henri Sappia, futur fondateur de la revue Nice-Historique et de l’Académia nissarda, alors en exil volontaire à Londres, après le soulèvement séparatiste de Nice qui suivit les élection s du 8 février 1871, écrivit Nice Contemporaine pour ses compatriotes niçois qui venaient de subir une terrible répression militaire. Ce livre-témoignage resurgit aujourd’hui par miracle pour dévoiler les pages capitales de l’histoire de Nice, effacées jadis au nom de la raison d’Etat.

-

 

Henri Sappia légua aux Niçois la vérité sur leur histoire et une bombe à retardement aux fossoyeurs des libertés niçoises. Quelques exemplaires seulement du livre interdit subsistent et sont tenus sous clef, du fait de leur inestimable valeur et des terribles secrets qu’ils recèlent : la dédition de 1388, l’annexion de 1860, la nationalité de Nice et ses droits à l’indépendance, la corruption éhontée de l’administration du maire Malausséna et des hommes du gouvernement de la Défense nationale, l’engagement de Garibaldi pour la liberté de Nice, les trahisons et les turpitudes de certains de ses contemporains, le soulèvement de Nice et la dictature militaire, les arrestations, le terrible secret de la Maison de Savoie…

-

 

Toujours actuel, cet ouvrage est un sommet d’érudition, une mine de documentation inédite ainsi qu’une extraordinaire peinture de la vie sociale, économique et politique à Nice au XIXème siècle. Ce cri d’amour adressé à sa Nice bien-aimée, toujours trahie par ceux dont le devoir était de la défendre, est aussi le testament politique d’Henri Sappia, et ses premiers mots nous interpellent : « Et un jour, peut-être, le souvenir de ces évènements, sera utile… »

-

 

Pour le centenaire de sa mort, survenue le 29 septembre 1906, l’on ne pouvait mieux honorer Henri Sappia qu’en publiant son testament politique indignement confisqué aux Niçois et à la postérité par la IIIème République.

Les Niçoises et les Niçois doivent absolument lire cet ouvrage qui, 135 ans plu tard, leur restitue enfin leur vraie histoire et leurs racines.
 

 

 

 

 

Pour vous le procurer :

1bis rue Caïs de Pierlas, porte verte, le vendredi de 16h à 19h   

 

 

 

 

 

Commenter cet article